Opération Dragon Fire – Humphrey Hawksley

Résumé :

« 3 mai 2007. Une unité de la Special Frontier Force, milice de combattants tibétains entraînés par l’armée indienne, organise un raid aérien sur Lhassa pour libérer un moine emprisonné à Drapchi. L’assaut déclenche un soulèvement de la population. Accusant Delhi de complicité, Pékin envahit l’Inde, et l’armée pakistanaise attaque le Cachemire, après avoir renversé le gouvernement de son propre pays. L’escalade militaire est enclenchée. Les trois grandes puissances militaires d’Asie fourbissent leurs armes. Les chancelleries occidentales s’efforcent vainement d’enrayer la crise. Le conflit ne cesse de s’envenimer, jusqu’à ce qu’aux forces conventionnelles succèdent les armes atomiques. Lorsque la Chine lance l’opération Dragon Fire, le feu nucléaire du dragon se déchaîne sur Bombay, puis sur Delhi, mettant le sous-continent à genoux. 8 mai 2007. L’holocauste nucléaire a balayé la région. Victorieuse, Pékin déclare un cessez-le-feu et retrouve sa place dans le concert des nations après une brève période de quarantaine.

Humphrey Hawksley bâtit un scénario terrifiant basé sur une analyse géopolitique solide. Campée sur l’un des sites les plus sensibles de la planète, cette politique-fiction fait pâlir l’actualité. »

Fiche technique :
Auteur : Humphrey Hawksley
Éditeur : Fayard
Pagination : 432 pages
Prix : moins de 5 €

Déjà, le résumé tiré de la 4ème de couverture pose problème. Il en dit beaucoup trop et en même temps ce qui est dit sur la fin est inexact. Mais en gros vous avez les 430 pages du livre sur la 4ème de couverture.

Ce technothriller sorti en 2001 était, à l’époque, une anticipation. On peut le voir maintenant comme une uchronie a posteriori.

Concernant le livre en lui-même il est bourré de défauts, mais a aussi des qualités et m’a globalement plu. Le style est simple et va généralement à l’essentiel. Les points de vue sont nombreux, principalement des chefs d’état et diplomates. Le matériel militaire est bien décrit, les combats et joutes politiques aussi. Le scénario est plutôt crédible (avec un terrible effet d’engrenage), mise à part la toute fin qui est trop vite expédiée. Comme le dit le résumé, la Chine finit par raser Bombay et Delhi, mais ne se retrouve pas vraiment au banc des nations. Alors que le Japon abandonne son pacifisme et décide de bâtir une alliance asiatique avec l’Inde pour contenir la Chine, les petites puissances asiatiques viennent vite dans le giron chinois qui s’est imposé par la force comme une nouvelle superpuissance. Même les Européens finissent par vite revenir commercer avec la Chine.

Je vois aussi dans ce livre une invitation aux Américains à continuer de jouer leur rôle de gendarme du monde, car ce qui est l’origine de l’audace chinoise c’est que dans ce livre les Américains ont élu un président isolationniste. Ce dernier a réduit les dépenses militaires et préfère se concentrer sur la politique intérieure. Il est temps d’après lui de laisser les Asiatiques se débrouiller dans leurs affaires. Au final, l’Amérique finit par s’impliquer notamment à cause de l’opinion publique.

Pour les défauts du livre, déjà la couverture peu inspirée. Du feu, un dragon parce que « Dragon Fire »…

Ensuite, ce livre est en fait une suite. Celle du livre Opération Dragon Strike dont l’histoire se déroule un an plus tôt. Des personnages font plusieurs fois référence à Dragon Strike, sans dire ce qui s’est passé dans ce premier livre. Or, je ne trouve pas trace d’une version française de Dragon Strike. Donc même si j’avais voulu le lire… Bref sortir un tome 2 en VF sans sortir le tome 1…

Dernier écueil, la traduction et la relecture. Ayant un niveau d’anglais plutôt correct j’ai clairement senti des erreurs de traductions en lisant la VF que ce soit dans le sens de phrase et dans l’enchainement de certains mots. Il y a aussi un certain nombre de coquilles et mots manquants. Je pense avoir trouvé plus d’erreurs de trad, fautes et mots manquants que dans certains livres autoédités deux fois plus volumineux.

Malgré cela l’histoire est entrainante et le livre demeure vraiment sympa, c’est juste dommage que ce genre de détails (et la couv et sa 4ème) se retrouvent sur un livre traduit, édité et publié par une maison professionnelle qui au moment de la sortie du livre existait déjà depuis plus de 140 ans.

3 commentaires sur “Opération Dragon Fire – Humphrey Hawksley

  1. Je l’ai pris en occasion vers 2002/2003 et l’est encore dans ma bibliothèque. Il montre surtout que les efforts des occidentaux n’ont que peu d’effets dans ce combat entre mastodontes asiatiques. Le raid pour neutraliser le QG pakistanais est le seul qui eu une importance stratégique. J’ai bien aimé l’effet  »boule de neige » des événements et le fait que le tabou nucléaire tombe sans qu’il y est une apocalypse généralisée.

    J'aime

      1. Même entre 3 pays… Les militaires pakistanais jetterait ils l’éponge si rapidement. Leur arsenal nucléaire resterait il sous clé ? …. L’auteur imagine ici que les structures de commandement pakistanaises et indiennes tiennent leurs troupes après leurs décapitations, mais dans la réalité, le risque est grand d’une anarchie…

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s