Painless – Rich Larson (VO)

Illustration d’ Eli Minaya.

Résumé :

« Un homme qui ne ressent pas la douleur a été transformé en machine à tuer par bio-ingénierie, mais il refuse de céder à son destin. »

Après « Meat and salt and sparks », voici encore une nouvelle de Rich Larson à nouveau découverte grâce à Apophis et son culte. À nouveau, il est possible de lire ce texte gratuitement sur le site de Tor. On retrouve un aspect biotechnologique, mais ce coup si dans un avenir qui semble un peu plus proche et cette voici dans un cadre militaire. Enfin, l’histoire se déroule en Afrique.

J’avais déjà beaucoup aimé « Meat and salt and sparks ». Que ce soit son univers ou sa chute. Là je trouve qu’on a un petit grand aussi. D’abord la partie biotechnologique qui fait du protagoniste ce qu’il est m’a bien plus. Enfin la chute est franchement une tuerie.

Donc au Nigéria dans un futur proche nous suivons Mars, une machine de guerre. En effet, enfant il est exposé comme une bête de foire, car il ne ressent pas la douleur (Insensibilité congénitale à la douleur). Il est alors recruté par un homme mystérieux qui va faire de lui une machine à tuer en le modifiant via des moyens biotechnologiques. Moi ça me fait penser à Wolverine et surtout Deadpool, donc ça m’accroche. Il est ensuite entrainé à combattre et à assassiné. Sauf qu’il déserte, c’est là que commence l’intrigue.

L’intrigue alterne présent et flashback alors que Mars traque un otage qu’il veut libérer. Très vite mon cerveau a tenté, via les flashbacks, d’anticiper la chute qui conclut le récit. En fait, tout le long je me suis demander si les flashbacks étaient vraiment les souvenirs de Mars ou si on suivait en parallèle les débuts d’un autre enfant modifié comme lui.

Au final, j’avais à moitié raison et à moitié tort. Je vous laisse vous débrouiller avec ça pour l’intrigue, mais sachez que la fin est à la fois surprenante et bluffante.

Sur le plan de l’écriture et du ressenti, j’ai été initialement déstabilisé par l’usage du langage à Haussa dans les dialogues vu que le texte n’est déjà pas dans ma langue maternelle. Toutefois la qualité d’écriture fait que oui, les dialogues fonctionnent très bien et que l’on comprend très bien les passages en haussa. Ensuite le travail d’ambiance est formidable, on se croirait réellement dans ce Nigéria de la future (2030 environs d’après moi) tant l’auteur décrit bien l’ambiance, l’atmosphère, la nourriture et les odeurs, mais aussi les traditions qui se mêlent aux technologies futuristes. Le tout de manière très courte.

L’aspect biotechnologie à des implications qui donne le vertige (imaginez un soldat ayant les pouvoirs de Deadpool, mais ne ressentant pas la douleur). L’histoire est remarquablement bien écrite, haletante, dense et parfaitement ciselée. En terme d’anglais c’est très accessible, il y a seulement un ou deux passages un peu gore, mais à mes yeux rien de bien gênant. Il ne faut donc surtout pas vous priver de lire cette pépite si vous lisez l’anglais surtout que le texte est accessible gratuitement.

P.S : j’espère vraiment qu’un recueille des nouvelles de l’auteur sortira en Français.

Un commentaire sur “Painless – Rich Larson (VO)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s