Lady Mechanika — Joe Benitez

Résumé :

« Dans un monde fait de magie et de science, une femme enquête sur son passé…
Elle est l’unique survivante d’une terrible expérience qui l’a laissée avec deux bras mécaniques. N’ayant aucun souvenir de sa captivité ou de son existence passée, elle s’est construit une nouvelle vie d’aventurière et de détective privée. Elle use de ses capacités uniques pour agir là où les autorités en sont incapables. Mais la quête de son passé perdu ne s’arrête jamais. Les journaux l’ont appelée : “Lady Mechanika” ! »

Fiche technique :

Scénario et dessin : Joe Benitez
Coloriste : Peter Steigerwald
Éditeur : Glénat Comics
Pagination : environ 110 pages par tomes
Prix : 13 €

Je n’ai pour ainsi dire jamais lu de steampunk ce n’est pas spécialement mon truc. C’est en fait c’est le trait de Joe Benitez qui m’a fait découvrir Lady Mechanika en VO. La série est éditée et produite par Benitez loin des gros labels du comics, je suis donc content que Delcourt Comics ait pris le risque de publier cette série en France

Le dessin de Benitez est précis et somptueux. La couleur de Steigerwald est de haute volée, il s’agit à mes yeux du meilleur coloriste de la scène comics. Si vous aimez l’esthétique steampunk, ce livre est pour vous : les tenues de combat de l’héroïne sont très inspirées, et ses robes sont somptueusement dessinées. Le charachter design dans son ensemble est très réussi. De même pour les objets technologiques dont certains sont vraiment très recherchés et très détaillés.

Dès le premier arc on entrevoit un univers à la fois, beau et riche. Le personnage est loin des clichés auquel on pourrait s’attendre. Bien que cette jeune femme soit superbe, elle ne joue jamais de son physique. C’est une guerrière redoutable et plutôt qu’être belle et gentille elle est plutôt dotée d’un sacré humour (parfois cassant), elle est sûre d’elle et intelligente, mais c’est avant tout un personnage auquel on s’attache !

Bien que la quête des origines de Mechanika est le fils rouge de cette série, on voyage beaucoup avec l’héroïne qui résout des affaires pour aider la police ou parce qu’elles sont liées à ses amis. En 5 tomes, on visite l’Angleterre, l’Europe, le Mexique et l’Afrique. On découvre aussi une partie du passé plus récent de l’héroïne au cours de certains flashbacks.

La VF est de très bonne facture et la traduction du langage colle parfaitement à l’ambiance et ajoute au charme de Mechanika.

Les tomes sont agrémentés en plus des couvertures des différents fascicules qui composent le volume cartonné.

La version française en est à son 5ème tome fin 2018. Si vous aimez, le steampunk, le beau dessin et les héroïnes à la fois belles, fortes et peu communes : ces comics sont pour vous.

Publicités

2 commentaires sur “Lady Mechanika — Joe Benitez

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s