Luftballons — Jean-Pierre Pécau et Maza

Résumé des 3 tomes :

1. Able Archer 83 : En 1983, l’OTAN déclenche Able Archer 83, la plus grande manœuvre interarmées que l’organisation a montée à ce jour. Sauf que les Soviétiques pensent qu’il s’agit d’une couverture pour lancer les premières opérations de la IIIe Guerre mondiale… Deux sœurs, Lena, pilote de chasse dans l’armée est-allemande, et Romi Strauss, infiltrée à Berlin Ouest par le maître-espion Markus Wolf, se retrouvent alors au cours de l’affrontement.

2. Defcon : 1983, la crise des euromissiles arrive à son paroxysme. Les manœuvres Able Arche inquiètent les Soviétiques. L’attaque contre le vol 007 de la Korean Airline révolte le monde. À Berlin, Carlos le Chacal commandite un attentat contre la Maison de France. Alors qu’un conflit nucléaire entre l’Est et l’Ouest se dessine gravement, nos héroïnes tentent de désamorcer la crise. Mais n’est-il pas déjà trop tard…

3. La montagne du Diable : Au ministère, le camarade Mikhaïl Gorbatchev rend visite au premier secrétaire Youri Andropov pour parler de la mort du général Soulasky qu’il a fallu faire disparaître, car ses actions ternissaient l’image du parti. Le pays ne peut se permettre un conflit ouvert, cela mettrait leur économie à mal et le pouvoir changerait de main. La discussion dévie alors sur le terroriste Carlos…

Fiche technique :

Scénario : Jean-Pierre Pécau
Dessin : Maza
Couleur : Jean-Paul Fernandez
Éditeur : Delcourt
Prix : 14,95 par tome

Sur certains points cela peut passer pour une redite d’USA Uber Alles :
— Trilogie
— Guerre froide
— Espionnage et soupçons
— Manigance de gars belliqueux qui veulent déclencher une guerre
— Manigance de gars pacifistes qui veulent empêcher une guerre
— Personnage avec une histoire personnelle/ familiale compliquée
— Les pacifistes triomphent et évitent la troisième guerre mondiale

Cela n’empêche pas d’avoir une histoire intéressante de bout en bout avec plusieurs fils d’intrigue qui sont tous liés.

Le dessin de Maza est très bon et les couleurs de Fernandez font bien le travail. Les couvertures signées Manchu sont superbes et donnent envie d’acheter, même si on tiquera sur les F117 en raz-motte sur la couverture du tome 3.

D’ailleurs, certain ont tiquer sur la présence des F117 tout court, mais en réalité ça n’a rien d’anachronique. Le scénario se déroule durant Able Archer, donc en novembre 1983. Le F117 a été introduit en unité en octobre 1983, même s’il est longtemps resté secret. Ce qui est anachronique ce que Pécau nous dit qu’il n’est pas « près au combat » alors qu’en fait si. Son utilisation dans une attaque à basse altitude est par contre peu réaliste.

Ce qui est par contre dommage c’est que les couvertures créent une attente. On s’attend à voir de la bataille et surtout de la bataille aérienne. En réalité il n’y en a pas tant que ça et les combats ne sont quasiment qu’aériens. Les rares combats au sol comme la bataille de Thulé AFB ne sont pas montrés au-delà du parachutage des unités soviétiques.

Finalement, plus que les F117, ce qui m’a le plus fait tiquer c’est le personnage principal qui est une pilote de RDA qui sait visiblement tout faire. L’intrigue se déroule en quelques jours et pourtant on la voit piloter son MIG, puis voler un hydravion lourd et le piloter avec succès entrer en RFA sans être détecter, le poser sans soucis sur un lac. Dans le tome 3, elle s’improvise pilote d’un vieux Tu-22. Comme on est dans une BD on se permet ce genre de chose, mais dans la réalité le pilotage de ses trois appareils est totalement différent. De plus c’est une pilote de chasse allemande, donc à part son MIG aucune chance qu’elle n’ait apprit à piloter un Tu-22 ou un hydravion lourd de l’aviation soviétique.

Malheureusement la fin du tome 3 me parait bâclée. Alors que l’ambassadeur soviétique rencontre Mitterrand pour lui demander de servir d’intermédiaire pour un armistice on a ensuite à une dernière page juste en encrage noir avec le démantèlement du mur de Berlin et deux personnages importants de l’intrigue qui ont un dialogue qui n’a pas grand sens puis une postface de quelques lignes.

Le dernier détail qui m’embête c’est les titres des tomes. Ils peuvent créer une attente qui ne correspond pas aux contenus. Un peu comme si vous aviez du poney dans vos lasagnes au bœuf, ou l’inverse.

— Able Archer : en dehors du faite qu’on comprend que l’histoire se déroule durant l’exercice en question. Il n’y a rien qui relie le titre au contenu. Quasiment aucune scène de l’exercice durant les 3 tomes. De plus avec un titre pareil pour une uchronie on s’attend à ce que ça dégénère en guerre terrestre à travers l’Allemagne.

— Defcon : niveau d’alerte Defcon n’est quasiment jamais évoqué ou utilisé. Le seul lien très, très ténu est le fait que la pilote de la RDA après avoir franchi la frontière lors d’un dogfight découvre que les troupes de l’OTAN déploient des missiles nucléaires tactiques en Allemagne.

— La montagne du diable : Celui-là il a fallu qu’on me l’explique. C’est visiblement une référence au Teufelsberg. Une colline artificielle de Berlin-Ouest et qui abritait une station de la NSA.

Luftballons est une uchronie divertissante et bien dessinée. Qui se boucle vite puisque l’intrigue s’étale sur 3 tomes. Reste que depuis quelques années Jean-Pierre Pécau, mais aussi Fred Blanchard fait un gros travail pour démocratiser l’uchronie par la BD et ça c’est cool.

3 commentaires sur “Luftballons — Jean-Pierre Pécau et Maza

  1. Tu dis que c’est cool, en fait, tu dézingues le truc (c’est le cas de le dire) : toute l’intrigue a l’air de se passer autour de cette pilote de Mig. Tu dis que ce n’est pas possible que ci et ça ne sont pas possibles ! Mais on s’en fout, non, c’est une histoire ! C’est pas l’histoire avec un grand H, c’est comme tu dis, une uchronie.. celui qui a écrit là peut peut-être se permettre quelques approximations ? Ou pas ? Tu es a fond histoires militaires en fait…

    J'aime

    1. C’est globalement un divertissement sympa, mais il y a des défauts. Je ne suis pas seul fan d’uchronie à apprécier que l’histoire reste plausible/réaliste. Donc une pilote qui sait piloter tous les avions qu’elle croise ce n’est pas réaliste. Un peu comme Buck Dany qui à 40 ans depuis 50 ans ^^

      Aimé par 1 personne

Répondre à Thomas@constellations Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s