La Guerre planétaire – John Hackett

Résumé :

« 4 août 1985. Les colonnes blindées soviétiques franchissent la frontière des deux Allemagnes. Une fois de plus, le monde va jouer son destin les armes à la main.
20 août 1985. La charge nucléaire d’un SS 17 soviétique embrase Birmingham. 20 minutes plus tard, Minsk est rayée de la carte.
Ce livre n’est pas un récit de politique-fiction. SS 20, Cruise missiles, AWACS, ou encore pétrole, Israël, Afghanistan, Solidarnosc : les pièces de la partie sont déjà en place sur l’échiquier planétaire.
Le général Hackett entrouvre les portes blindées des postes de commandement secret où se décidera le sort de la planète : la prochaine guerre déferlera sur le monde avec la vitesse des microprocesseurs et la puissance des missiles. Mais les hommes qui la feront seront toujours les mêmes. Reporter autant que stratège, le général Hackett suit pas à pas ses millions d’acteurs, ceux qui luttent dans la boue, au milieu des mers, en orbite autour de la terre, dans les décombres des villes dévastées…
Tirant les enseignements du présent pour évaluer l’avenir, tour à tour analyste, psychologue, économiste, le général Hackett propose un tableau d’ensemble du monde qui permet de comprendre les conditions de ce futur proche, possible — ou probable… »

Fiche technique :

Auteur : John Hackett
Éditeur : Sylvie Messinger
Pagination : 402 pages
Prix : disponible uniquement d’occasion pour quelques euros ou moins

Comme le dit le résumé, l’auteur est un général de l’armée britannique. À l’époque où le livre a été écrit (1982-1983) — il s’agissait d’une anticipation. Ce livre est en fait une version 2.0 d’un livre précédent qui s’appelait « La troisième guerre mondiale ».

Je vais commencer par citer les deux gros défauts du livre. Premièrement la 4ème de couverture spoil l’échange nucléaire. Enfin et surtout, ne lisez pas la préface du Général Georges Buis, ou lisez-la après le livre. En plus d’être longue, elle spoil quasiment tout le livre, puisqu’elle en est l’analyse.

Concernant le récit en lui-même, on commence par une centaine de pages détaillant les forces militaires, les alliances politiques et les plans militaires. C’est instructif et accessible, pais pas forcément passionnant.

Ensuite on a « La guerre » détaillant surtout les fronts central et scandinave et leurs pendants aériens et maritimes ainsi que la guerre spatiale. Le conflit s’enlise et la logistique soviétique ne suit pas. La situation devient critique. Cela va mener à la défection de la 3ème Armée et surtout à la guerre nucléaire.

Il y a ensuite une partie sur les conflits périphériques en Amérique centrale, Asie, Afrique, Moyen-Orient et l’impact que la troisième guerre mondiale a sur ces régions. Paradoxalement, cela va mettre fin au conflit israélo-palestinien d’une manière que j’ai trouvé vraiment sympa et plausible dans ce contexte.

Ensuite sur une cinquantaine de pages nous avons le fameux échange nucléaire qui déclenche un soulèvement (notamment militaire) et la désintégration de l’URSS ainsi que les suites immédiates de la guerre.

Globalement c’est un livre très intéressant — malgré l’usage de personnages fictifs — et c’est bien écrit. La plupart des chapitres sont une présentation et analyse des faits écrite après la guerre, mais on a aussi droit à quelques chapitres écrits de manière romancée, classique, mais efficace. Ceux écrits depuis le point de vue d’un soldat russe m’ont vraiment plus. C’est donc un bon livre, pas aussi prenant qu’une « Tempête rouge » auquel il serait immanquablement comparé, mais en réalité ce ne sont pas des livres comparables au-delà de leur thème semblable.

Un commentaire sur “La Guerre planétaire – John Hackett

  1. J’ai les deux tomes version poche 🙂
    J’ai eu l’occasion de feuilleter le premier en grand format qui contient plusieurs pages de photos noir et blanc ou du matériel militaire et des exercices ont une légende en accord avec le récit tel  »Des Mirage F1 français interceptant un raid soviétique » 🙂
    Le premier tome racontant a la fin la destruction de Birmingham est effrayant de réalisme sur l’incapacité des secours a faire face à un tel cataclysme, mais ces dissertation sur l’Europe d’Après guerre ne m’ont pas convaincu avec l’Allemagne qui reste divisé en deux.
    Comme indiqué plus eux, la guerre planétaire rajoute surtout le point de vue russe aux opérations, mais avec le recul, le massacre de tout les touristes étrangers qui étaient à Moscou au déclenchement de la guerre par les autorités n’est pas crédible.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s