Le papillon rouge — Sam Eastland

Résumé :

« À l’heure où les forces hitlériennes s’engouffrent sur le territoire soviétique, annihilant sur leur passage les bataillons de l’Armée rouge, un avion de reconnaissance allemand, égaré et pris pour cible par l’ennemi, est contraint de se poser derrière les lignes russes. Dans la mallette de son passager, les soldats russes découvrent une peinture représentant un hyalophora cecropia, papillon de nuit aux teintes rouges plus connu sous le nom de Saturnie. Les agents du renseignement militaire jugent l’objet anodin, mais dans la situation critique où se trouve le pays, Staline soupçonne un complot allemand. Il convoque alors son ancien adversaire, l’inspecteur Pekkala – insaisissable Finlandais qui fut jadis l’enquêteur personnel du Tsar –, et le charge de découvrir la véritable signification de cet étrange objet convoyé en temps de guerre. Tandis que l’orage gronde tout autour d’eux, Pekkala et son assistant Kirov, du mystérieux et redouté Bureau des opérations spéciales, se retrouvent bientôt lancés aux trousses des plus incroyables voleurs d’art de l’histoire. La véritable proie de ces derniers est un bien secret et précieux ayant appartenu aux Romanov, un temps considéré comme la huitième merveille du monde. »

Fiche technique :

Auteur : Sam Eastland
Éditeur : Anne Carrière
Pagination : 372 pages
Prix : 22 €

Alors que l’opération Barbarossa voit les Allemands culbuter les lignes soviétiques, un avion s’écrase avec à son bord un mystérieux tableau d’une saturnie cécropia (un papillon rouge et noir). Avec ce genre d’intro, j’étais « moyen chaud ». Toutefois le tableau, en lui-même cache un mystère qui cache l’objectif des Allemands. Un objectif qui n’a rien de militaire, mais d’une valeur inestimable. Là mon petit niveau de culture générale m’a permis de vite comprendre quel incroyable trésor était concerné.

Staline est prêt à tout pour que ce trésor ne tombe pas entre les mains des Allemands quitte à le détruire. Mais Pekkala et Staline comprennent vite qu’il y a un traitre dans leur camp. Ainsi pendant que l’inspecteur monte en direction du front et vie quelques péripéties haletantes pour s’infiltrer derrière les lignes ennemies avec l’aide du GRU, le Major Kirov enquête pour trouver le traitre.

Ce qui est intéressant dans ce tome c’est qu’en plus de l’enquête principale, on a le droit à l’histoire d’un soldat sur le front précisément dans la zone où Pekkala va devoir se rendre. Une histoire bien racontée et assez tragique. Dans la deuxième partie du livre, alors que Pekkala tente de rejoindre Tsarskoïe Selo (Le palais Catherine) derrière les lignes ennemies, Kirov enquête pour trouver le traitre. Et là aussi on a le droit à un récit, court et haletant. Au final les trois fils s’imbriquent parfaitement. Le soldat perdu derrière les lignes ennemies (Stefanov) va assister Pekkala ; pendant ce temps Kirov identifie le traitre, mais ne peut prévenir Pekkala.

En fait je me demande si ce n’est pas le meilleur tome de la série jusqu’à présent. L’URSS et son histoire est toujours aussi bien décrite (gros travail de recherche de la part de l’auteur) les scènes et ambiances en zone de guerre sont très bien rendues. On a un peu moins de flashbacks que dans les tomes précédents, ce qui fluidifie encore le récit. De plus – et c’est rare —, je n’ai pas identifié le traitre aussi rapidement que d’habitude dans ce genre de récit. Plus précisément, je l’ai identifier seulement quelques lignes avant que Kirov ne le fasse lui-même. J’ai même fait fausse route pendant un bon moment. Le rapport entre Staline et Pekkala est assez fascinant, même si ce n’est clairement pas la partie la plus détaillée du livre. Et en fin, la fin du livre m’a laissé sur le cul.

Une histoire qui est rondement menée, avec une fin qui surprend. Probablement, le meilleur livre de la série jusque-là.

3 commentaires sur “Le papillon rouge — Sam Eastland

Répondre à Thomas@constellations Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s