Intégrale Z — Max Brooks

Résumé :

« World War Z: La guerre des zombies a eu lieu, manquant d’éradiquer l’humanité. Le narrateur, en mission pour l’ONU, a parcouru le monde pour rencontrer, dans des cités en ruine et dans les territoires les plus inhospitaliers de la planète, les survivants de ces années apocalyptiques.

Closure Limited et autres histoires de zombies : Quatre nouvelles inédites en France, précédées d’une introduction de Max Brooks : “Closure Limited, une histoire de World War Z”, “Steve et Fred”, “Le Carnaval de l’extinction”, “La Grande Muraille : une histoire de la guerre des zombies”.

Le Guide de survie en territoire zombie : Ne prenez pas à la légère votre bien le plus précieux : votre vie. Proposant des exemples précis et des astuces reconnues par des experts de renommée internationale, ce guide contient toutes les clés pour survivre aux hordes de morts-vivants. »

Fiche technique :

Auteur : Max Brooks
Éditeur : Orbit
Pagination : 816 pages (version poche)
Prix : 20,30 €

Voici une chronique que j’attendais d’écrire depuis la création du blog. Paru en 2013 ce livre regroupe — comme l’indique le résumé — World War Z et Le Guide de survie en territoire zombies qui sont les deux livres cultes du genre zombie. D’après moi ce sont les meilleurs, les références. Avoir ces deux livres en un est déjà cool, mais le fait qu’ils soient entrecoupés de textes inédits se situant dans l’univers de WWZ m’a convaincue d’acheter cette version et de revendre les deux livres cités précédemment. Ces deux livres sont sortis en France en 2009, mais je vais vous les chroniquer dans l’ordre où je les ai découverts avant de parler des nouvelles inédites.

Donc, commençons par Le Guide de survie en territoire zombies.

Ce livre se présente comme un guide (incroyable hein^^), mais de manière sérieuse, comme écrit par quelqu’un ayant déjà été confronté à la menace zombie. Comme tout bon guide, le texte commence par nous présenter les zombies, la différence entre le mythe et la réalité, la transmission du virus Solanum… Il y a ensuite un passage sur comment les affronter et les éliminer (assez américano centré). Un passage est consacré à la défense contre les zombies, plus précisément comment bien choisir un lieu et le défendre en cas de pandémie zombie. Ensuite on a le droit à un chapitre sur les moyens de déplacement, puis un dernier sur l’environnement et donc comment vivre dans un monde infesté de zombies. Tout au long de ces chapitres l’auteur nous livre le pour et le contre des différentes méthodes ou types d’équipements ainsi que des exemples et situations basés sur des témoignages.

Après cette partie à la fois didactique et intéressante, l’auteur nous livre une deuxième partie de son guide : Les épidémies recensées. Soixante-dix pages (environs) de cours texte sur des épidémies de faible envergure à travers les âges allant de 60 000 ans av. J.-C. jusqu’à nos jours sur tous les continents. Cette partie est une sorte prémisse à World War Z, immersive et intéressante.

Passons donc à World War Z.

Ce livre — que j’ai probablement lu une dizaine de fois — regroupe des témoignages de survivants d’une guerre mondiale contre les zombies 10 ans environ après la fin du « conflit ». Il s’agit d’éléments expurgés qui étaient initialement dans un rapport fournis à l’ONU. Sauf que le rapport demandé n’avait pas à s’appesantir sur l’aspect humain, mais uniquement les statistiques. L’auteur fictif du rapport en fait donc un livre regroupant les témoignages dans l’ordre chronologique aux 4 coins du monde. Du coup WWZ va beaucoup plus loin que « le guide » ou d’autres livres du genre, car en plus de l’aspect zombie/survie il y a aussi un aspect sociologique et géopolitique. En effet, alors que le monde est progressivement submergé on découvre à travers les différents témoignages la bêtise humaine et la stupidité de certains dirigeants politiques, puisqu’en plein naufrage les gens continuent à se tirer dans les pattes et certains pays se font la guerre tout en faisant la guerre aux zombies.

Les témoignages sont livrés sous la forme d’interviews qui sont introduites par le lieu où elles sont menées. Ce dernier point donne une idée des changements géopolitiques quand on lit le nom de certains pays. Par exemple : le Saint Empire russe. Certaines des interviews finissent d’ailleurs par éclairer certains de ces changements. Les interviews en elles-mêmes sont magistralement écrites et m’ont embarquée dans le vécu des personnages, parfois j’ai été pris aux tripes. Dès ma première lecture il y a une dizaine d’années je me suis dit que ce livre ferait un merveilleux matériel à adapter (j’y reviendrais), car les scènes décrites se déroulaient comme un film dans ma tête et le font toujours à chaque lecture. On vit cette guerre et ses prémisses à travers l’histoire de simple citoyen, de soldat, de responsable politiques…

WWZ se découpe en 8 parties : Premiers symptômes, La Faute, La grande panique, Retournement de situation, Première ligne, Autour du monde et ailleurs, Guerre totale, Adieux.

Closure Limited et autres histoires de zombies

Ces 4 nouvelles s’insèrent entre WWZ et Le guide. N’ayant pas beaucoup d’informations sur ces nouvelles je ne savais pas s’il s’agissait de texte de Max Brooks ou ceux d’autres auteurs (j’avais notamment lu une superbe fan fiction dans l’univers de WWZ), finalement il n’y a que du Max brooks. J’espérais donc des textes de grande qualité étendant encore les témoignages de la guerre contre les zombies.

Closure Limited se déroule après la guerre, une entreprise (Closure Ltd) permet, à ceux qui ont les moyens de payer, de s’assurer qu’un proche disparu est mort, définitivement. Cette nouvelle intéressante exploite l’un des impacts psychologiques de la WWZ : l’impact que laissent 5 milliards de morts et disparus sur les survivants.

Steve et Fred nous livrent deux survies diamétralement opposées. D’un côté celle d’un winner caricatural (digne d’une mauvaise série B) chevauchant sa moto avec sa copine et de l’autre celle d’un gars qui a totalement foiré son coup et se retrouve à survivre depuis des semaines dans sa salle de bains sans eau ni nourriture. La première partie du texte n’est pas terrible et totalement caricatural et c’est dommage.

Le carnaval de l’extinction est assez atypique puisque ce texte nous livre le point de vue des vampires dans le monde de WWZ. C’est paradoxalement le meilleur des 4 textes alors même que je ne vois pas l’intérêt de rajouter du jour au lendemain les vampires dans l’univers si crédible et réaliste de WWZ.

La grande muraille est le seul texte livré au format témoignage sans pourtant retrouver le format d’origine de WWZ. Comme son nom l’indique, il est question de la Chine dans ce texte, et de sa grande muraille qui a été réactivée pendant la guerre et nous avons droit au témoignage de sa reconstruction.

De manière globale ces textes sont sympas, mais restent en deçà de mes attentes.

Adaptations et au-delà

Comme j’ai l’ai dit plus haut, dès ma première lecture je me suis mis à rêver d’une adaptation de WWZ en série TV. Les nombreuses histoires et leurs différents types s’y prêtent bien, mais aussi parce qu’en gardant le même format il est possible d’inventer pas mal de nouvelles histoires intéressantes.

La première adaptation des textes de Max Brooks est « Attaques répertoriées », sortie en 2010. Il s’agit d’une BD en noir et blanc adaptant certains textes de « Les épidémies recensées » du Guide de survie en territoire zombie. C’est une BD sympa à lire et esthétiquement réussie.

Il y a ensuite eu en 2013 le film World War Z, réalisé par Marc Forster, avec Brad Pitt dans le rôle principal. Bien que ce ne soit pas un mauvais film de zombie (c’en est même un bon), c’est globalement une mauvaise adaptation du livre. Les zombies sont totalement différents du livre, le personnage principal nous fait un tour du monde sans queue ni tête, probablement pour respecter le fait que le livre nous fait voir la guerre dans le monde entier. Il n’y a pas grand-chose qui renvoie au livre, même s’il y a quelques scènes aussi prenantes que celles décrites dans le livre. Le déroulement de la guerre n’a absolument rien à voir avec le livre. Le virus non plus, contrairement au livre ici le virus trouve un remède et encore une fois les zombies n’ont rien à voir. L’artbook du film (que je possède) laisse entrevoir quelques scènes qui auraient pu être incroyables et assez fidèles à l’esprit du livre.

En 2018 nous avons eu droit au jeu vidéo WWZ, qui est une adaptation du film plutôt que du livre. Zombies qui sprintent et munitions tirées par milliers.

Une fois que vous aurez lu ce livre, si vous êtes anglophone je vous conseille de lire « The Way Is Shut » une fanfiction qui est le genre d’ajout que j’aurais aimé avoir dans cette intégrale.

Si vous être amateur de zombies et n’avez pas WWZ et Le guide dans votre bibliothèque, vous devez vous procurer l’Intégrale Z de toute urgence. Si vous possédez déjà ces livres, rien ne vous empêche de les donner à un ami pour les remplacer par un unique volume et gagner un peu de place dans votre bibliothèque, c’est ce que j’ai fait. Bien que les textes inédits ne soient pas indispensables, Le Guide et WWZ sont des indispensables du genre. World War Z restant dix ans après sa sortie tout simplement la référence du genre.

2 commentaires sur “Intégrale Z — Max Brooks

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s