Chroniques de l’Armageddon (Tomes 1 à 3) — J.L. Bourne

Résumé :

« Mes chers concitoyens, je suis navré de vous faire part qu’en dépit de nos efforts, nos mesures de confinement ne sont pas parvenues à enrayer l’épidémie. Essayez de conserver votre calme. D’après les rapports, cette maladie se transmet par la morsure des individus contaminés. Les personnes infectées décèdent rapidement pour se relever dans l’heure qui suit à la recherche d’êtres vivants dans le but de les tuer. Puisse Dieu nous venir en aide ». Vous tenez entre les mains le journal de l’un des derniers survivants de l’apocalypse zombie. Que ces quelques notes vous viennent en aide si vous avez le malheur de faire partie des survivants. Bonne chance… »

Fiche technique :

Auteur : J.L. Bourne
Éditeur : Panini
Pagination : entre 300 et 500 pages
Prix : 11,50 € environs par tomes

Par curiosité, je me suis jeté sur le premier tome à sa sortie en 2012. Un soldat de la Navy, qui ne donne pas son nom, décide d’entamer l’écriture d’un journal. Le hasard veut que sa tombe pile au moment où une étrange pandémie se déclare. On suit alors les préparatifs et précautions pris par le héros alors que la situation dégénère progressivement. Il est rappelé à sa base, mais préfère rester chez lui. Le destin lui donnera raison, car le pays sombre dans le chaos. Il sympathise avec un voisin, puis ils doivent quitter la ville. On suit, leur périple au jour le jour écrit dans un style simple qui donne l’impression d’y être. Petit à petit ils trouvent d’autres survivants et forment un petit groupe dont notre héros devient le leader. Ce dernier finit d’ailleurs par se retrouver affublé du surnom de Killroy, mais je ne vous dévoilerais pas pourquoi. Ce premier tome se termine alors que notre petit groupe trouve refuge dans un silo de lancement de missiles nucléaires et reçoit un inquiétant avertissement.

Le tome 2 — Exile — débute là où le tome 1 s’était arrêté. Killroy est contraint d’entreprendre des expéditions en dehors du silo (Hotel 23) et va continuer à rencontrer d’autres survivants, un groupe de marines notamment. Les deux groupes vont finir par s’allier, les Marines faisant partie d’une flotte qui a évité le pire en restant au large des côtes. De plus, lors d’une de ses expéditions, Killroy bénéficie d’un largage provenant d’un mystérieux groupe disposant de drones. On découvre à la fin du tome que ce mystérieux groupe qu’on ne voit pas n’est pas forcément aussi amical qu’il y parait et a son propre agenda. Le style et le format restent identiques à celui du premier tome et le récit est au moins aussi haletant.

Le tome 3 — Opération Zombie — débute sur un résumé des tomes précédents. Très rapidement on se rend compte que le format a changé. C’est un roman la plupart du temps, car on suit d’autres personnages ou que Killroy est dans des situations qui ne permettent pas de tenir son journal. On suit plusieurs fils narratifs. Celui des autres survivants du groupe de Killroy, celui de commando des forces spéciales opérant en territoire zombie et enfin celui de Killroy, embarqué dans un commando qui doit aller jusqu’en Chine par sous-marin pour découvrir la possible origine du virus. Malheureusement, l’histoire de Killroy est moins passionnante, en fait de manière globale ce livre est moins passionnant. Le format est nettement moins immersif, toutefois il y a quand même quelques chouettes passages et globalement de bonnes idées. Enfin, la fin n’est pas terrible et l’origine du groupe mystérieux apparue dans le tome 2 fait un peu conspiration de bas étage. Dommage.

Globalement une chouette trilogie zombie, prenante et immersive, et dont les deux premiers tomes qui ne constituent pourtant pas de la grande littérature sont de vrais pageturners. Dommage que le troisième tome soit nettement moins bon que les trois premiers. Deux choses à savoir : premièrement, une intégrale est sortie il y a quelques années et regroupe ces trois tomes. Je ne connais pas son prix neuf (plus disponible à ma connaissance), mais elle coûte une soixantaine d’euros d’occasion. Deuxièmement, un tome 4 est sorti en 2016, je ne sais pas ce qu’il vaut, car le tome 3 ainsi que sa 4ème de couverture ne m’ont pas donné envie de tenter le diable. Quoi qu’il en soit, les Chroniques de l’Armageddon sont un must have pour les amateurs de littérature zombie. Pour ma part, rien que d’écrire cette petite chronique j’ai envie de relire les trois tomes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s