Shangri-la – Mathieu Bablet

Résumé :
« Dans un futur lointain de quelques centaines d’années, les hommes vivent dans une station spatiale loin de la Terre et régie par une multinationale à qui est voué un véritable culte. En apparence, tout le monde semble se satisfaire de cette “société parfaite”. Dans ce contexte, les hommes veulent repousser leurs propres limites et devenir les égaux des dieux. C’est en mettant en place un programme visant à créer la vie à partir de rien sur Shangri-La, une des régions les plus hospitalières de Titan, qu’ils comptent bien réécrire la “Genèse” à leur façon. »

Fiche technique :
Auteur et illustrateur : Mathieu Bablet
Éditeur : Ankama Editions
Pagination : 222 pages
Prix : 19,90 €

Je vous offre ma chronique de ce livre 4 ans après sa sortie, bien que je l’ai lu à cette époque. D’abord parce que cette chronique sera prochainement suivie d’un livre plus récent de l’auteur : « Carbone & Silicium ». Ensuite parce que c’est de toute façon un livre qui mérite qu’on parle de lui.

La première surprise c’est le rapport qualité-prix de l’ouvrage. Pour une vingtaine d’euros, vous avez une BD grand format de plus de 200 pages avec une couverture épaisse avec une tranche toilée. Ça fait bel ouvrage et pourtant le prix est étonnamment abordable.

Une fois le livre ouvert je vais d’abord parler de l’aspect graphique. En le feuilletant, j’ai initialement été carrément rebuté par le dessin. Non, le livre n’est pas moche, mais le style que Mathieu Bablet applique au personnage donne un effet « gueule de travers » qui m’a initialement rebuté. Grosse erreur pourtant que le dessin et les couleurs offre en réalité un livre incroyablement beau et même impressionnant sur bien des aspects. L’auteur utilise sa large pagination pour se faire plaisir et nous offre régulièrement de grandes cases absolument superbes. De plus malgré le nombre de pages, il y a un sens des détails hallucinant : publicité, logo, objets… les cases sont pleines, vivantes, immersives. Le travail de design est lui aussi bluffant. Les vaisseaux, stations, robots et autres objets technologiques ont un design détaillé et crédible loin des clichés habituels du genre. Les décors intérieurs offrent des perspectives et niveaux de détails impressionnant pendant que les cases de décors naturels ou dans l’espace sont simplement belles. Enfin le travail de couleur est somptueux.

Au niveau du scénario c’est dense. De nombreuses thématiques sont abordées dans cette œuvre de SF dystopique : multinationale tentaculaire, consumérisme, conspiration, révolution, racisme, maltraitance animale, voyage dans le temps… ça grouille d’idée et on ne s’ennuie jamais et pourtant rien n’est confus, tout est accessible. La petite partie non linéaire liée au voyage dans le temps reste parfaitement lisible et justifie une fin à chute. Par contre, moralement il faut s’accrocher, car Shangri-la est une œuvre sombre, nihiliste et pessimiste. Bien plus qu’Universal War 1, auquel il a été souvent comparé.

Globalement Shangri-la est une œuvre de SF simplement impressionnante et une bande dessinée absolument hors-norme qui allie ambition artistique et intellectuelle. C’est un livre qu’il faut lire posément pour bien le digérer, mais qui devrait se retrouver dans toutes les bibliothèques d’amateurs de BD ou de SF. En plus vu le prix de l’ouvrage ce n’est absolument pas une excuse tant il est étonnamment abordable.

3 commentaires sur “Shangri-la – Mathieu Bablet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s