Constellation Express #5 : Les survivants désignés

Cinquième numéro de cette rubrique. Je vous rappelle le concept : chronique rapide de livres, séries ou films qui ne nécessitent pas une longue chronique individuelle.

Cette fois-ci je vais vous parler de 2 séries qui ayant le même thème puisque l’un est le remake de l’autre : Designated Survivor et Designated Survivor 60 days.

Le concept utilisé dans les deux séries est qu’un attentat décapite la totalité du gouvernement d’un pays lors d’un évènement important où le chef d’État et tout son gouvernement se réunissent. Dans les deux cas, un survivant désigné se retrouve à la tête du pays et doit amorcer la reconstruction tout en arrêtant les conspirateurs. Designated Survivor est une série américaine avec Kiefer Sutherland dans le rôle principal. 60 days est le remake sud-coréen avec Ji Jin-hee.

Designated Survivor

Le trailer de cette série m’a immédiatement séduit et donc j’ai tenté le coup.

« La nuit du discours de l’État de l’Union, une explosion détruit le Capitole, tuant le président et tous ceux qui sont dans la ligne de succession, à l’exception du secrétaire au logement et au développement urbain démissionnaire, Thomas Kirkman, qui avait été désigné comme le survivant. Kirkman est immédiatement assermenté, ignorant que l’attentat n’est que le début d’une vaste conspiration. Il est confronté à de nombreux défis tout au long de la série et il s’efforce de trouver un équilibre entre ses aspirations politiques et le défi d’être considéré comme un président légitime. »

L’intro et les deux premiers épisodes sont très bons et l’idée de départ est bien pensée. Toutefois, la première saison se traine sur 22 épisodes faits de longueur et de nombreux passages ennuyeux à crever. L’aspect politique est d’un creux désespérant. Les acteurs ne sont pas ouf, et je n’arrive pas à voir Kiefer Sutherland en Thomas Kirkman, probablement à cause de 24 (heures chrono) qui pour moi fait que Sutherland est indissociable de Jack Bauer. À la fin de la saison, rien n’est résolu au niveau de la conspiration qui n’est en plus pas si innovante que ça puisque tout pointe vers le « complexe militaro-industriel », un classique un peu facile et déjà beaucoup trop exploité aussi bien dans le conspirationnisme du monde réel que dans la fiction.

Je ne suis donc pas allé au-delà de la première saison et certains de mes contacts m’ont bien fait comprendre que j’avais eu raison.

Designated Survivor 60 days

Il s’agit donc du remake sud-coréen de la série. Ayant eu beaucoup de bonne expérience avec le cinéma sud-coréen j’avais là un prétexte tout trouvé pour me laisser tenter par ma première série locale. Grand bien m’en a pris.

« Park Mu-jin est le ministre sud-coréen de l’Environnement, avec peu d’ambition en tant que politicien. Après un incident diplomatique impliquant des négociations de libre-échange avec les États-Unis, et le différend de Park sur les chiffres fournis par son Agence de protection de l’environnement concernant la pollution causée par les voitures importées, le président Yang Jin-ma démet Park de ses fonctions. Le lendemain, alors que Yang annonce à l’Assemblée nationale qu’il prépare la paix avec la Corée du Nord, le bâtiment explose, tuant toute la ligne de succession sud-coréenne ; sauf pour Park, dont la démission n’était pas encore effective. Il prête serment en tant que président par intérim pour soixante jours, et commence à découvrir la vérité derrière l’attentat. »

Le point de départ et le principe sont identiques à la version coréenne. La partie politique est évidemment adaptée au contexte coréen et ça marche très bien. Les acteurs sont excellents surtout Ji Jin-hee dans le rôle de Park Mu-jin et Bae Jong-ok dans le rôle de Yoon Chan-kyung. L’histoire est bouclée en une seule saison de 16 épisodes (de nombreuses séries sud-coréennes ne font qu’une seule saison) ce qui permet un récit plus dense et évite des intrigues secondaires sans intérêt. Le contexte coréen est franchement très efficace et le remake est bien plus politique que l’original. Le personnage de Park Park Mu-jin est incroyable. Enfin l’aspect conspiration est bien mieux mené. Le travail d’écriture, de mise en scène et montage surpasse en tout point la version américaine. Pour vous donner une idée en début de série je soupçonnais un personnage d’être le cerveau de l’attentat, finalement tout le reste de la saison rien ne me donne raison et finalement dans le dernier épisode : BIM ! J’avais raison, mais genre carrément surpris et ça, c’est rare. De manière globale toute la partie conspiration est super bien pensée, avec des retournements de situation au sein même du complot qui a une structure vraiment très intéressante. Seule la longueur des épisodes pourrait vous déstabiliser puisqu’ils durent en moyenne 1 h 15. Le VO et l’accent coréen permettent de mieux s’immerger dans la série. Personnellement j’ai toujours du mal avec le coréen doublé et préfère donc la version originale sous-titrée.

En conclusion, l’idée de départ est bonne, mais la série originale souffre des défauts courant des séries américaines : intrigue diluée et à rallonge, intrigue secondaire chiante, des saisons en trop. Le remake surpasse en tout point la série originale. Si vous devez n’en essayer qu’une, je vous conseille donc de regarder Designated Survivor 60 days en version coréenne sous-titrée.

Un commentaire sur “Constellation Express #5 : Les survivants désignés

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s