H.P.L. (1890-1991) — Roland C. Wagner

Résumé :
« Oubliez tout ce que vous savez : Lovecraft n’est pas mort en 1937, mais a vécu jusqu’à l’âge de 101 ans. À quoi a ressemblé sa vie au cours des décennies suivantes ? Roland C.Wagner, son biographe imaginaire, vous dit tout ! »

Fiche technique :
Auteur : Roland C. Wagner
Éditeur : Actu SF
Pagination : 55 pages (version poche)
Prix : 1,99 € (version Kindle)

Le texte d’origine date de 1995, la version que j’ai lue a été republiée par ActuSF en 2006. Ma chronique est basée sur la version Kindle qui diverge potentiellement de la version papier.

Si vous suivez ce blog, vous avez constaté que j’ai chroniqué pas mal de « lovecrafterie » cette année. Si vous suivez ma carrière d’auteur, vous savez que j’aime l’uchronie. En tombant par hasard sur ce livre, j’ai la possibilité de faire d’une pierre deux coups pour boucler l’année avec une « lovecrafterie uchronique ».

Ceux qui s’intéressent un peu à Lovecraft savent qu’il a longtemps été raciste, probablement antisémite et visiblement un peu misogyne sur les bords vu qu’il ne laisse à peu près aucune place aux femmes dans son œuvre. Toutefois, sa correspondance fournie avec d’autres auteurs a permis de découvrir que dans les dernières années de sa vie le Maitre de Providence aurait révisé ses positions sur les questions raciales. Si je parle de ce point, c’est que le Lovecraft centenaire de Roland C. Wagner a évolué très différemment de celui que nous connaissons.

Grosso modo le H.P.L. nous décrit en un nombre de pages très court la vie de Lovecraft et évoque son œuvre. C’est très court, peu détaillé, assez frustrant. En une décennie Lovecraft passe de raciste à progressiste, ce qui peut détonner, son œuvre uchronique devient différente de celle de ces débuts. Certains mythes associés aux personnages comme nous le connaissons sont défaits dans cette continuité temporelle. Bref ce Lovecraft détonne et je suis bien en mal de vous dire si cette uchronie de Roland C. Wagner est plausible, car je ne suis pas spécialiste des biographies du créateur des grands anciens.

Sa fin de carrière uchronique est assez savoureuse tant par les mythes quelle démonte que par la chute de cette nouvelle qui n’est autre que la mort de l’auteur.

Toutefois, heureusement que ce livre est peu cher en version Kindle, car l’édition est très étrange. La pagination de l’ebook contient en réalité les versions françaises et anglophones de H.P.L donc niveaux pagination, le texte est en réalité extrêmement court et ce lit en trentaine de minutes. La version Kindle contient tout de même en bonus une courte interview de Roland C. Wagner. Rien d’incroyable, mais c’est toujours ça de prit.

Globalement H.P.L. (1890-1991) est une nouvelle plaisante, notamment sur la fin, mais n’a rien d’inoubliable. Heureusement le prix est plus qu’abordable.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s