The Mandalorian (Saison 1 et 2) – Disney

Résumé :
« Cinq ans après le retour des Jedi et la chute de l’Empire galactique, The Mandalorian suit “Mando”, un chasseur de primes mandalorien solitaire aux confins de la galaxie. Il est engagé par les forces impériales restantes pour récupérer un “enfant”, mais il s’enfuit pour le protéger. Tout en cherchant à réunir l’enfant avec ses semblables, il est poursuivi par Moff Gideon, qui veut utiliser le lien de l’enfant avec la Force. »

Fiche technique :
Network: Disney +
Producteurs exécutifs : Jon Favreau, Dave Filoni
Réalisateurs principaux : Jon Favreau, Dave Filoni
Scénaristes principaux : Jon Favreau, Dave Filoni
Acteurs principaux : Pedro Pascal, Carl Weathers, Gina Carano, Giancarlo Esposito

Je préviens d’avance, je ne suis pas un fan de Star Wars. C’est un univers que j’apprécie beaucoup qui est capable du meilleur comme du pire. Je suis surtout halluciné par la vastitude de feus l’univers étendu. J’ai beaucoup aimé la trilogie originelle, un peu moins la prélogie (à cause de Jar-Jar notamment) et détesté l’épisode 7 qui était à peu près au niveau zéro de la créativité scénaristique et qui fait que je n’ai toujours pas osé me frotter aux épisodes 8 et 9.

Quand j’ai découvert cette série via son trailer, j’ai été très intrigué, car il semblait y a voir un retour aux sources de Star Wars et l’idée d’avoir pour héros un chasseur de primes qui n’ôte jamais son masque était un choix suffisamment audacieux pour donner sa chance à cette série. J’ai adoré le premier épisode, mais pourtant, trop pris par mon travail d’auteur je n’ai pas été plus loin. Je m’y suis remis pendant les fêtes de fin d’année, dans l’optique de faire les deux premières saisons d’un coup. J’ai proposé à ma femme et mon fils de m’accompagner dans ce visionnage, résultat ils ont adorés. Si j’avais écouté mon fils, on aurait regardé une saison par jour et le simple fait de devoir attendre au moins un an pour une éventuelle saison trois l’a horrifié.

Jon Favreau et Dave Filoni on réussit à lancé une nouvelle intrigue loin du giron des Skywalker tout en reprenant certains des meilleurs éléments de l’univers lancé par Georges Lucas (et en piochant un peu dans l’univers étendu). En plaçant leur intrigue dans la bordure extérieure de la galaxie seulement 5 ans après la chute de l’Empire, ils se donnent une bonne marge de manœuvre scénaristique. On retrouve les planètes et espèces exotiques qui font le sel de Star Wars et on recroise certains lieux célèbres comme Tatooine.

Visuellement cette série est un véritable blockbuster : décors, images de synthèse, costumes ; on est sur des choses du niveau des films sortant en salle tout en restant dans notre salon. Niveau personnages et acteurs on est là aussi sur ce qui se fait de mieux dans Star Wars. Mando, bien que masqué à un charisme de dingue, Baby Yoda (l’enfant, qui n’est pas du tout Yoda évidemment) donne une touche mignonne à la série sans verser dans la niaiserie et le reste du casting et des personnages oscille entre le bon et le super bon. La série compte son lot d’invités surprise en plus des personnages récurrents, ainsi vous croiserez au cours de deux saisons les acteurs suivants : Werner Herzog, Omid Abtahi, Nick Nolte, Taika Waititi, Katee Sackhoff, Ming-Na Wen, Timothy Olyphant, Rosario Dawson, Michael Biehn…

Niveau réalisation on est sur du classique, mais très efficace. Favreau, Filoni et les autres réalisateurs jouent beaucoup avec les codes du western ou film de samouraï, mais on penche aussi parfois vers du Fast & Furious, Batman (Nolan/Snyder) ou encore Ocean’s Eleven. Pour ce qui est de la narration, on suit globalement un schéma assez simple qui rappela à certains les jeux de rôles ou les vidéos : le héros a une quête à accomplir, dans son périple il vit des péripéties qui font qu’il a besoin d’aide, en échange de cette aide il accomplit des quêtes secondaires. C’est basique, souvent prévisible, pourtant ça marche super bien. Enfin, la série fait le pari global de nous raconter une histoire sans jedi… ou presque puisque deux jedis apparaissent dans la saison deux, mais je ne vous révélerai pas leurs noms. Si personne ne vous a spoiler le dernier épisode de la saison deux attendez-vous à une énorme surprise.

Pour ma part, j’espère voir Jon Favreau et Dave Filoni (et pourquoi pas George Lucas) piloté un univers étendu global et pourquoi par déterrer d’autres personnages de l’univers étendu comme (au pif) Kyle Katarn, voir même développé la période « The Old Republic ».

À mes yeux The Mandalorian mérite largement son succès et fait partie du haut du panier de l’univers audiovisuel Stars Wars et prouve que Disney n’aurait pas dû vouloir faire trop vite table rase de l’univers étendu pour lancer la postlogie ratée que continuent les épisodes 7, 8 et 9. Disney semble avoir compris la leçon puisque trois nouvelles séries sont en chantier pour étendre l’univers Star Wars sur petit écran (The Book of Boba Fett, Rangers of the New Republic et Ahsoka). Cette série est aussi un très bon moyen de faire découvrir l’univers Star Wars à vos enfants et à vraiment les qualités nécessaires pour satisfaire les vieux fans ou amateurs tout en conquérant un nouveau publique.

Un commentaire sur “The Mandalorian (Saison 1 et 2) – Disney

  1. Je n’ai pu voir que les 4 ou 5 premiers épisodes. Les deux derniers faisait plus western spaghetti avec peu de moyens que super production Hollywoodiennes. Sauvetage d’un village d’une bande de pillards et mission avec un jeune apprenti chasseur de primes qui va tenter a ses dépend de le doubler lorsque sa cible lui indique qu’Endo a plus grosse prime qu’elle.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s