Constellation Express #7 : Mes films cultes

Comme on dit souvent : chacun ses goûts. Moi il y a des films que j’adore et que j’ai vu des dizaines de fois si ce n’est plus. Ces films m’impressionne toujours autant des années après leurs sorties et pour certains ont moins vieillit que certains films plus récent.

The Thing

‘Les membres d’une station de recherche basée en Antarctique découvrent qu’une créature extraterrestre a survécu au crash de son vaisseau. Celle-ci témoigne très vite de sa capacité à parasiter puis assimiler toute forme de vie. Isolés du monde, ne sachant plus qui est contaminé et qui ne l’est pas, les hommes de l’équipe vont sombrer dans la peur et la paranoïa.’ Adaptation de « La Chose » de John W. Campbell, le film de John Carpenter replace l’intrigue dans les années 80, avec les connaissances scientifiques de l’époque, tout en y étant très fidèle dans l’esprit. La réalisation du film est absolument nickel, la BO d’Ennio Morricone est d’une efficacité hors normes et les effets spécieux ont super bien vieilli. J’ai découvert ce film dans les années 90 et depuis il est cultissime pour moi. Pourtant ce film fut un échec commercial à sa sortie avant finalement de devenir une œuvre culte des années après. Certains critiques le considèrent toujours comme le meilleur film d’horreur de tous les temps.

Jurassic Park

J’avais 8 ans quand ce film est sorti. Gamin j’adorais les dinosaures (entre autres choses). Quand j’ai enfin pu voir ce film (en VHS), ce fut une claque monumentale. Comparé à tout un tas d’autres films de dinosaures bien moins connus que j’avais vus, j’avais tout simplement l’impression de voir de vrais dinosaures. J’ai vu ce film plusieurs dizaines de fois étant gosses puis encore pas mal de fois adultes, même 20 ans après je trouve que le film à plutôt bien vieillit en termes d’effets spéciaux. J’ai aussi bien aimé les suites. Un peu les Jurassic World. C’est vraiment un chouette film de grand à faire découvrir à un gamin de 8/10 ans qui aime bien les dinosaures et j’ai hâte de le faire découvrir à mon fils pour le voir à nouveau. J’aimerais d’ailleurs avoir l’occasion de voir la version HD convertie en 3D pour voir ce que ça donne.

La chute du faucon noir

Ce film est basé sur le livre éponyme du journaliste Mark Bowden (que j’aimerais trouver le temps de vous chroniquer un jour) et un évènement connu sous le nom de Bataille de Mogadiscio. Il s’agit d’une bataille qui s’est déroulée les 3 et 4 octobre 1993 à Mogadiscio, en Somalie, entre un détachement interarmées américain appelé Task Force Ranger et les milices de différents clans somaliens, lors d’une tentative d’arrêter deux proches d’un Chef de guerre somalien, le général Mohamed Farrah Aidid. L’opération s’est soldée par la mort de 18 Américains et de 105 blessés. Des cadavres américains ont fait la une des médias, trainés et maltraités dans les rues de la ville. Cette opération, bien que tactiquement victorieuse pour les Américains se solde par une victoire stratégique tant l’opération traumatise l’opinion américaine. Les forces américaines quitteront la Somalie moins de deux ans plus tard.

Le film de Ridley Scott se base donc sur le livre de Bowden qui reste la transcription la plus fidèle et accessible de ces évènements. L’adaptation induit quelques différences par rapport à la réalité et la concentration de plusieurs personnages en un seul, mais reste très fidèle à l’évènement. Il s’agit d’un film de guerre hors norme tournée au Maroc on a l’impression d’être à Mogadiscio. Les acteurs se sont entrainés avec des vrais soldats avant le tournage, les scènes d’hélicoptère ont été tournées avec les vrais hélicoptères et pilotes du 160th SOAR. Il s’agit de l’une des unités engagées lors de la vraie bataille et certains hélicoptères du film sont pilotés par des gars ayant vraiment pris part à l’évènement. Les scènes batailles et leur atmosphère sont d’un réalisme et d’une intensité hallucinante. Ça reste encore aujourd’hui le meilleur film de guerre que j’ai jamais vu et mon plus gros regret est de ne jamais l’avoir vu au cinéma. Si un jour il ressort en salle, je me jette dessus.

On regrettera le manque de traitement et de caractérisation des Somaliens (alors que le sujet est traité dans le livre) ainsi que le film est assez peu politique. Reste que la chute du faucon noir est l’un des meilleurs films de Ridley Scott et un film de guerre largement au-dessus du lot pour ce qui est de l’intensité et la mise en scène de scène de guerre réaliste.

Ghost in the Shell

J’ai déjà évoqué Ghost in the Shell lors de ma chronique de la série développée sur Netflix. L’histoire se déroule en 2029 dans un monde futuriste et dystopique de type cyberpunk. Le major Motoko Kusanagi et son collègue Batou, deux cyborgs, travaillant dans l’unité spéciale antiterroriste du gouvernement (la section 9) de New Port City au Japon. Au cours d’une de leurs enquêtes, ils sont chargés de capturer un redoutable pirate informatique, insaisissable, connu seulement par son pseudonyme de « Puppet Master » (le « Marionnettiste »). La traque se déroule sur fond de « guerre des services » de la section 9 face à la section 6, une unité rivale, cette dernière s’intéressant aussi au Puppet Master dans le cadre d’un projet mystérieux, le « Projet 2501 ».

Le film de Mamoru Oshii fut mon premier film d’animation japonais. J’avais déjà vu des séries animées japonaises dans le club Dorothée, mais ce n’est pas le même niveau de qualité. Même 25 ans après l’animation reste de qualité, la réalisation puissante, la BO magistrale. Le film est globalement génial, adulte, entrainant avec quelques scènes vraiment incroyables. Ce fut aussi mon entrée dans le cyberpunk qui alors que j’avais 10 ans, m’était tout simplement inconnu.

Ce film est culte et constitue aussi la meilleure porte d’entrée sur l’univers de Ghost in the Shell. Oshii s’est fendu d’une suite en CGI en 2004 qui est aussi très très bonne, avec une BO incroyable et quelques scènes d’anthologie.

Collateral

Je ne vais pas vous faire croire que je suis un fan de Michael Mann, mais ce gars reste incroyablement doué pour ce qui touche aux scènes de fusillades. Dans ce genre de scène, le gars atteint un niveau de réalisme sur le plan du son et des impacts qui me bluffent quasiment à chaque fois. J’ai découvert ce réalisateur avec Heat avant de le redécouvrir une décennie plus tard avec Collateral et Miami Vice. Si ce dernier est déjà très bon, c’est Collateral qui m’a le plus marqué. On suit littéralement la « tournée » d’un tueur à gage durant une nuit à Los Angeles. Ce tueur, Vincent, est joué par un Tom Cruise au sommet de son art. Il fait sa tournée à bord d’un taxi dont le chauffeur, joué par Jamie Foxx, va vite comprendre qu’il est dans une merde noire. Collateral est un thriller, sombre froid, violent (mais pas gore) et implacable. Les scènes d’action sont percutantes et réalistes et je ne comprends tout simplement pas comment ce film n’a pas gagné un Oscar du meilleur acteur tant Tom Cruise est incroyable dans ce film. Sa performance à elle seule justifie de voir ce film.

Terminator 2

‘3 milliards de vies humaines prirent fin le 29 août 1997. Les survivants de l’incendie nucléaire appelée la guerre du jugement dernier, ne vécurent que pour affronter un nouveau cauchemar : la guerre contre les machines. L’ordinateur qui avait le contrôle de ces machines, Skynet, envoya deux terminators remonté le temps. Leur mission : éliminer le chef de la résistance humaine, John Connor, mon fils. Le premier terminator avait été programmé pour s’attaquer à moi en 1984, avant la naissance de John. Il avait échoué. Le second devait s’attaquer à John lui-même lorsqu’il était encore enfant. Comme la première fois, la résistance fut mesurée d’envoyer un guerrier solitaire, un protecteur pour John.’

Toute la question était de savoir qui atteindrait John le premier…

Souvent les suites sont moins bonnes que l’originale, mais là c’est l’inverse. Bien que le premier Terminator soit un très bon film, sa suite l’explose sur tous les points. Je l’ai revu il y a peu en HD et le film fonctionne toujours aussi bien. Il achève de poser les codes du (bon) blockbuster d’action moderne et aucune de ses suites ne lui arrive à la cheville. C’est le meilleur film de Schwarzenegger et son dernier très grand succès tant commercial que critique à mes yeux et Linda Hamilton y est au sommet de son art. Le film compte bon nombre de scènes cultes, certaines sont incroyablement bien filmées et a marqué la culture populaire et la culture geek tant par des références devenues incontournable (Skynet) et que des répliques cultes (Hasta le Vista baby, reste cool sac à merde…).

S’il y a un film Terminator, un film de Schwarzenegger et Hamilton, un film de James Cameron à voir, c’est Terminator 2.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s