The Witcher: Nightmare of the Wolf – Netflix

Résumé :
« Des années avant les aventures de Geralt, son mentor Vesemir, jeune sorceleur téméraire, fuit la pauvreté en tuant des monstres pour remplir sa bourse. Mais lorsqu’une nouvelle créature étrange commence à terroriser un royaume déchiré par la politique, Vesemir se retrouve au cœur d’une aventure cauchemardesque qui l’oblige à affronter les démons de son propre passé. »

Fiche technique :
Réalisateurs : Kwang Il Han
Scénaristes : Beau DeMayo
Distribution : Netflix
Production : Studio Mir
Acteurs principaux : Theo James, Lara Pulver, Graham McTavish, Mary McDonnell

Contrairement à ce que je pensais, le spin-off « The Witcher: Nightmare of the Wolf » n’est pas une série d’animation, mais un film d’animation. Sorti, cet été ce film permet de faire patienter les fans entre la saison 1 et la saison 2 tout étendant l’univers. C’est plutôt malin et je ne serais pas étonné que l’autre spin-off annoncé, Blood Origin, sorte donc l’été prochain pour nous faire patienter en attendant la saison 3.

La construction scénaristique est bien plus facile à appréhender que dans la saison 1 de la série. Mis à part quelques flashbacks et ellipses, on a quelque chose d’assez linéaire. Après une introduction sanglante et spectaculaire nous montrant les talents du sorceleur Vesemir, nous revenons dans le passé pour le découvrir jeune cerf qui, suite à une rencontre avec un sorceleur, décide d’en devenir un à son tour pour sortir de la misère et se couvrir d’or et de gloire. Retour dans le présent, dans le royaume Kaedwen où les disparitions se multiplient, il va être alors confronté à plusieurs menaces : monstres, intrigues politiques, secrets… Pour faire simple, la guilde des sorceleurs de l’époque avait pas mal de choses à se reprocher. L’un de leurs secrets va engendrer des horreurs. Dans le même temps, notre jeune héros va être confronté à la sorcière Tetra Gilcrest qui déteste le sorceleur, mais aussi se confronter à son propre passé. Le tout va mener à une bataille épique et titanesque en fin de film.

Scénaristiquement, c’est correct. Les mécaniques ne sont pas révolutionnaires et ont été croisées séparément ailleurs, mais l’ensemble marche bien. Les connaisseurs de ces mécaniques verront probablement venir le principal « plot twist », mais il y a malgré tout quelques surprises sur la fin. Si vous avez vu la saison 1, vous savez que les sorceleurs se font de plus en plus rares. Nightmare of the Wolf nous explique pourquoi. Enfin, le scénariste n’est pas tendre avec les personnages. Ils en prennent plein la tronche et son nombreux à mourir.

Visuellement, l’animation est spectaculaire et ultra dynamique. Ce dernier point nous fait perdre un peu l’impression de réalisme de la série, mais ça vaut le coup d’œil, car l’animation permet pas mal de choses spectaculaires et épiques. Par contre attention, bien que ce soit un film d’animation, ce n’est pas du tout pour les enfants. Morts atroces, mutilations et donc le « gore » sont de la partie (ainsi que quelques paires de seins). Sur le plan du design, que ce soit les décors, les monstres, les personnages et les tenues, cela reste fidèle à ce qui a été développé dans la série principale et c’est appréciable. Seul regret, des teintes et lumières un peu trop vives et tape-à-l’œil par moment.S’il ne marquera pas l’histoire de l’animation, Nightmare of the Wolf reste un bon film d’animation avec un bon scénario et une animation spectaculaire. Il permet d’en découvrir plus sur l’univers de « The Witcher » et de patienter agréablement en attendant la saison deux de la série.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s