Renaissance 4 : Sui Juris – Duval, Blanchard & Emem

Résumé :
« Sätie et Swänn, originaires de la planète NäKän, vivent sur Terre depuis vingt ans. Ils appartiennent au personnel médical et militaire de Renaissance, l’expédition financée par le Complexe, une fédération de civilisations extraterrestres venue organiser le sauvetage écologique de la Terre. Une partie des humains vit désormais en harmonie avec ses hôtes, mais Renaissance doit aussi faire face à une opposition armée et radicalisée, prête à tout pour que le Complexe se retire du système solaire. »

Fiche technique :
Scénaristes : Fred Duval & Frédéric Blanchard
Dessin et couleurs : Emem
Éditeur : Dargaud
Pagination : 56 pages

Chroniques des tomes précédents : tome 1, tome 2 et tome 3.

Ce tome ne reprend pas là où on nous avait laissés à la fin du tome 3. Il y a 20 ans d’écart entre les deux cycles. On ne prend pas la suite directe d’un élément qui m’avait semblé important dans le tome 3 : Une fièvre d’origine extraterrestre émergée du permafrost puis endiguée, mais l’affaire avait été classé secret-défense par le Complexe. Je m’étais alors dit que notre brave alliance d’extraterrestres bienveillants avait peut-être quelques secrets inavouables, un trope fréquent dans ce genre de récit. Ce tome 4 ne me donne pas tout à faire tort, mais sans que ce soit en lien avec cette épidémie du tome 3, donc je ne vous spolierais pas.

Quoi qu’il en soit, 20 ans après, même si la terre se porte beaucoup mieux, la situation n’est pas idéale. La Renaissance coûte cher aux races du Complexe et une partie des humains y sont hostiles. Certains humains préfèreront s’éloigner et vivre dans des zones « libres » alors que d’autres vont choisir la voie de la violence et donc du terrorisme. C’est donc sur un attentat du mystérieux groupe « Sui Juris » que débute l’intrigue. Swänn va se retrouver à enquêter sur le drame et retrouver un des protagonistes du premier cycle. En parallèle, Hélène, l’une des humaines du premier cycle devenu partenaire de premier rang de la mission Renaissance, va recevoir de terribles informations. Ces dernières, dont je ne vous donnerais pas le détail contreviennent à toutes les règles du Complexe et on en revient donc au trope « ou certains des gentils aliens cachent un secret inavouable ». Hélène va donc probablement se retrouver à mener l’enquête avec Sätie dans les tomes suivants. Je pense donc que les deux fils conducteurs de ce cycle seront l’enquête sur Sui Juris et ce secret inavouable, et par la magie des mécaniques scénaristique, les intrigues ont probablement un lien. En tous cas, même si les mécaniques scénaristiques ne sont pas forcément novatrices, et bien que les tomes suivants me donneront peut-être tort, l’histoire est agréable et bien menée. De nouveaux éléments de background et worldbuilding sont ajoutés et ils sont de qualité. D’ailleurs même si l’univers de Renaissance repose sur des éléments de SF (essentiellement) et hard-SF (un peu), les auteurs n’en profitent pas pour faire l’étalage de gigaconcept et de trucs potentiellement indigeste en vue d’impressionner les lecteurs. Ici, la SF et la hard-SF sont au service de l’intrigue plutôt que d’en être un prétexte.

Visuellement, la qualité du travail d’Emem reste au top niveau. C’est bien dessiné et mis en couleur, toujours très lisible. Il y a encore quelques belles grandes cases et de sacrées compositions et mises en scène, mais sans le côté apocalyptique du premier cycle auquel je suis sensible. Pour ce qui est du design de Frédéric Blanchard, il y a là encore de belles choses tant sur le « props & item design » (les objets) et que de la faune et la flore (la végétation de NäKän, le Drägon de la planète Torghon…). On croise notamment quelques nouvelles races extraterrestres au design un peu plus osé que ce qu’on avait vu dans les trois premiers tomes (les Caryops), sans être encore aussi audacieux que certaines espèces croisées dans la BD « Crusaders ».

En conclusion, c’est un plaisir de retrouver Duval, Emem et Blanchard pour un nouveau cycle de Renaissance. C’est beau, agréable à lire, bien ficelé et consistant. Vivement la suite, car je suis curieux de voir où vont nous mener les nouvelles intrigues amorcées.

2 commentaires sur “Renaissance 4 : Sui Juris – Duval, Blanchard & Emem

  1. Moi qui n’avais malheureusement pas embarqué au premier tome, la faute au trop grand nombre d’albums a lire et qui ai du me contenter de lectures numeriques izneo je suis ravi de savoir que s’entame un nouveau cycle, que je vais donc acheter etant donnee la tres grande qualite de cette serie (avec le crusaders de Bec actuellement). Sais tu en combien de cycles c’est prevu?

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s