Dune — Denis Villeneuve

Résumé :
« L’histoire de Paul Atreides, jeune homme aussi doué que brillant, voué à connaître un destin hors du commun qui le dépasse totalement. Car s’il veut préserver l’avenir de sa famille et de son peuple, il devra se rendre sur la planète la plus dangereuse de l’univers — la seule à même de fournir la ressource la plus précieuse au monde, capable de décupler la puissance de l’humanité. Tandis que des forces maléfiques se disputent le contrôle de cette planète, seuls ceux qui parviennent à dominer leur peur pourront survivre… »

Fiche technique :
Réalisateurs : Denis Villeneuve
Scénaristes : Eric Roth, Jon Spaihts et Denis Villeneuve (d’après Dune de Frank Herbert)
Distribution : Warner Bros.
Production : Legendary Pictures
Acteurs principaux : Timothée Chalamet, Rebecca Ferguson, Oscar Isaac, Stellan Skarsgård, David Bautista, Zendaya, Jason Momoa, Josh Brolin, Javier Barden, Charlotte Rampling

Film très attendu (même par moi), début d’une potentielle saga qui pourrait secouer le cinéma comme l’avait fait « Le Seigneur des anneaux » en son temps, Dune est l’adaptation d’une saga culte de la SF écrite par Franck Herbert. Il y avait déjà eu une tentative d’adaptation en 1984 par David Lynch devant laquelle je n’ai tenu que huit minutes. La bonne nouvelle ici c’est que cette nouvelle mouture est réalisée par Denis Villeneuve, cinéaste très doué, naviguant aussi bien dans la SF que dans le thriller et qui a livré deux films que j’adore avec Arrival et Sicario, sans compter Blade Runner 2049.

J’ai aussi un petit avantage sur certains en allant voir ce film, attention à ne pas tomber de vos sièges, je n’ai jamais réussi à lire Dune de Frank Herbert. Adolescent, j’ai tenté le coup, mais le livre m’est littéralement tombé des mains. J’ai beaucoup de mal avec la SF teintée d’élément et de tropes que l’on trouve plutôt dans la littérature med-fan (mysticisme, fanatisme religieux, l’épice qui a un côté c’est magique et ferme ta gueule, sans compter des Maisons avec des barons, des ducs…). Pourquoi donc est-ce un avantage ? Parce que j’ai pu profiter du film sans avoir à me soucier de savoir si c’est une bonne ou une mauvaise adaptation de l’œuvre d’Herbert.

Donc sans présumer de la fidélité à l’œuvre originale, j’ai globalement bien aimé le scénario et l’écriture des dialogues. Toutefois, il y a un petit manque de rythme et j’ai l’impression qu’il y a pas mal d’ellipses. L’installation des Atréides sur Arrakis me semble beaucoup trop rapide. Malgré les éléments de med-fan on est face à un ensemble plutôt cohérent avec un sens du détail flagrant. Entre les manigances politico-religieuses à plusieurs niveaux (les Bene Gesserit contre l’Imperium, les Harkonnen contre les Atréides…) et les visions de Paul Atréides d’avenirs potentiels, on est servi. Le woldbuiding, bien que teinté d’éléments de med-fan est foisonnant et cohérent (décors, design des costumes, design des véhicules…).

C’est sur l’aspect visuel et sonore que le film peut impressionner selon les conditions de visionnage. Villeneuve nous offre un film qui est taillé pour le cinéma avant tout. À moins d’avoir un équipement de dingue dans votre salon, l’expérience ne sera clairement pas aussi qualitative qu’en salle. Pour ma part, j’ai vu le film dans une salle Dolby et 3D, et si la 3D n’apporte pas grand-chose, pour le son Dolby c’est une autre histoire. L’ensemble « son et image » est tellement intriqué et efficace que pour certaines scènes c’est plutôt épique. Nul doute que dans le salon de Madame ou Monsieur tout le monde, le film va perdre de sa superbe. Visuellement c’est beau, les effets spéciaux sont super propres et réussis, les costumes ont des designs incroyables et cohérents, les effets d’ambiances sont puissants (la tempête nocturne sur Caladan lors de la visite de Gaius Helen Mohiam) et les décors, mélangeants éléments naturels et CGI sont parfois époustouflants. Le désert, c’est vide et en même temps plein de sable, mais quand c’est Villeneuve, c’est un peu plus classe. Le réalisateur a cette capacité à jouer avec les angles et cadrages pour donner un effet contemplatif qui me parle beaucoup, même pour des scènes d’action (l’arrivée des Atréides sur Arrakis, l’invasion des Harkonnen), tout en donnant un sens de l’échelle qui fait se sentir parfois tout petit. Le travail sur le son est globalement bon, notamment pour ce qui est des bruitages qui, surtout en Dolby, aident à sublimer certaines scènes qui sont parfois soutenues par des musiques très puissantes. La BO d’Hans Zimmer nous offre quelques bons moments, car certains morceaux soutiennent quelques scènes puissantes ou tragiques, mais par moment je trouve que ça tombe aussi un peu à côté ou que c’est un peu criard (chacun ses goûts). Bref, j’ai retrouvé en un seul film les ingrédients qui m’ont fait adorer Arrival et Sicario, mais le dosage n’est pas tout à fait équilibré. Il résulte de cet ensemble visuel (réalisation, costumes et VFX) et sonore (bruitage, BO) donc un film globalement très beau, dégageant par moment quelque chose d’épique et puissant. Il y a tout de même quelques gros ratés, notamment avec les visions de Paul dans lesquelles il voit Chani, car dans certains cas j’ai eu l’impression très kitch de revoir l’actrice dans sa publicité pour Lancôme.

Côté casting, la liste des grands noms est assez folle avec des acteurs ultras connus, pour certaines très talentueux et souvent charismatiques tels qu’Oscar Isaac (Leto Atréides), David Bautista (Glossu Rabban), Jason Momoa (Duncan Idaho), Josh Brolin (Gurney Halleck,), Javier Barden (Stilgard), Charlotte Rampling (Gaius Helen Mohiam) dont on ne verra jamais le visage à découvert, mais aussi un Stellan Skarsgård (Vladimir Harkonnen) tout simplement méconnaissable. Il y a aussi Rebecca Ferguson (Dame Jessica), un peu moins connue, mais sacrement douée et qui a une aura assez incroyable dans ce film. Enfin, les stars montantes Timothée Chalamet (Paul Atréides) et Zendaya (Chani) livrent une performance honorable, mais pas incroyable. Ce qui est assez dingue avec ce casting de stars c’est le nombre de grands noms dont les personnages meurent. Vous l’aurez deviné en voyant le trailer, vous le savez si vous avez lu les livres, mais les Atréides se font décimer. Ainsi Denis Villeneuve arrive à tuer Oscar Isaac, Jason Momoa et Josh Brolin dans un même film et ça, ce n’est pas rien. Le problème est qu’on s’attache globalement peu aux personnages de Leto, Gurney et Duncan qui semblent être importants aux yeux de Paul. Pour compléter sur le problème d’attachement aux personnages, certains semblent garder bien des secrets et que ceux les plus mis en avant, Paul et Chani, ne sont pas joués par les acteurs les plus charismatiques, talentueux ou expérimentés. Enfin, il est dommage que le personnage du Dr Yueh, pourtant clé dans le l’intrigue, soit globalement traité en deux lignes de scripts.

Denis Villeneuve est ses équipes nous livre un film qui est une sympathique expérience cinématographique avec des belles images, quelques moments puissants et épiques portés par un casting impressionnant tant par les noms que par le talent. Toutefois, le film a aussi quelques ratés. Même si j’ai passé un bon moment, l’univers de Dune m’attire toujours aussi peu et le film ne m’a toujours pas donné envie de redonner sa chance à l’œuvre d’Herbert, cela ne m’empêchera pas d’aller voir les films suivants pour passer un bon moment en salle. Toutefois, Dune ne me fait pas l’effet d’un film culte, peut-être parce que je ne suis pas le public. Pour ce qui est de sa place dans la filmographie de Villeneuve, je continuerais à lui préférer Arrival et Sicario.

Un commentaire sur “Dune — Denis Villeneuve

  1. Vu hier après-midi dans la petite salle de ma ville. 3 spectateurs moi y compris…

    Film qui prend son temps, décors épurés sans clinquant, cela change des films US avec explosion et réalité virtuelle a chaque minute.

    J’ai apprécié, dommage que l’on ne montre pas les  »navigateurs » sous leurs vrais formes utilisant l’épice. La, juste dans une combinaison spatiale lors de l’arrivé de l’émissaire de l’empereur, cela m’a déçu.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s