Le cauchemar d’Innsmouth — Gou Tanabe (Tome 2)

Résumé :
« Innsmouth est une ville bien étrange. Jadis prospère, elle paraît désormais à l’abandon, et les rares habitants semblent tous victimes d’une même affection qui déforme membres et visage… Robert Olmstead, voyageur de passage, cherche à en savoir plus. Le vieux Zadok Allen lui conte alors une sinistre histoire… Quelques générations plus tôt, le capitaine Obed March aurait livré la cité aux griffes d’innommables créatures marines pour construire sa fortune ! Ébranlé, Robert n’a plus qu’une idée en tête : quitter ce terrible endroit. Mais sa curiosité pourrait encore lui coûter cher… »

Fiche technique :
Adaptation et dessin : Gou Tanabe
Éditeur : Ki-oon
Pagination : 234 pages

Le tome 2 reprend évidemment juste là où le précédent s’était terminé, à la fin de la première journée d’Olmstead à Innsmouth. Je dis bien première, car même si dans le plan du protagoniste cela devait être la seule, tout ne va pas se passer comme prévu. En effet, alors qu’il s’extirpe des ruelles angoissantes de la ville côtière et regagne le Gilman House devant lequel il doit prendre le bus du soir pour se rendre à Arkham, le « hasard » fait que le bus est en panne. Scruté par des hybrides aux mines patibulaires et étranges, voici notre héros contraint de passer la nuit dans l’hôtel crasseux du coin. Une ambiance malaisante s’installe alors et culmine rapidement avec la tentative d’intrusion nocturne des locaux dans la chambre de Robert Olmstead. La nuit se transforme en fuite effrénée dans Innsmouth puis sa campagne alors que des Profonds quittent le récif du diable et gagne la terre ferme. Une fois tirée d’affaire, Olmstead va parler aux autorités, nous ramenant à la destruction d’Innsmouth des premières pages du tome 1.

Je n’en dis pas plus sur l’intrigue pour ceux qui n’auraient pas lu l’œuvre originale, mais l’ambiance est bien plus malaisante que dans le premier tome. La scène d’intrusion dans la chambre rend la tension avec brio, les dernières pages sont cauchemardesques à souhait.

Visuellement, on reste sur un travail de haute volée, totalement maitrisé qui rend à merveille l’ambiance de l’univers HP. Lovecraft. Les décors sont très fouillés, presque trop, les visages des hybrides créent un vrai malaise. Les Profonds sont horrifiquement réussis. Certaines doubles-pages sont absolument dingues, mention spéciale à celles où l’on aperçoit des Profonds nageant vers la plage et dont les horribles silhouettes se mêlent aux vagues et à l’écume. Malgré le fait que l’essentielle du récit se déroule de nuit, Gou Tanabe arrive à nous offrir des images nocturnes détaillées et lisibles. J’ai aussi été étonné et presque déstabilisé par la façon dont l’auteur rend en bulle les borborygmes des hybrides lors de leur traque du protagoniste. Leurs conversations et murmures sont rendus dans un langage qui est au premier abord cryptique. C’est en fait de l’anglais imprimé dans une police dégradée et difficilement lisible et tourné à 90°. Si on ne prête pas attention aux détails, on pense donc juste à voir à faire à un langage inintelligible. Alors que les hybrides sont initialement des humains, ils parlent donc anglais, mais sont difficilement compréhensibles par leur évolution physique et culturelle.

Gou Tanabe conclut brillamment son adaptation de « Le cauchemar d’Innsmouth ». Tous les curseurs du premier tome sont poussés plus loin. L’intrigue nous offre de beaux moments de tension, de malaise et de cauchemar jusqu’à une fin terrible, comme dans toute œuvre lovecraftienne. La constance dans la qualité des « Chefs-d’œuvre de Lovecraft par Gou Tanabe » est franchement hallucinante. Et vu le fourmillement de détails des planches, j’aimerais vraiment voir un documentaire nous plongeant dans l’atelier de l’auteur japonais. C’est tout simplement dingue.

Les avis de « Quoi de neuf dans ma Pile? » et de « L’épaule d’Orion« .

Publicité

3 commentaires sur “Le cauchemar d’Innsmouth — Gou Tanabe (Tome 2)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s