Empire 4 — Jean Pierre Pécau, Igor Kordey

Résumé :

« 1820. D’Istanbul au Caire, le Sculpteur de chair a encore frappé… Saint Elme et Nodier, les deux meilleurs espions français de l’Empire napoléonien, sont de retour pour une nouvelle mission détonante ! Un attentat contre Napoléon vient d’être perpétré à Istanbul. Le mystérieux Sculpteur de chair, qui peut prendre l’apparence de n’importe qui, s’est infiltré dans l’entourage de l’Empereur français. Saint Elme et Nodier sont convoqués en Égypte : les deux agents doivent rapidement découvrir l’identité de ce monstre avant qu’il ne soit trop tard. Mais une surprise attend Nodier… »

Fiche technique :

Scénario : Jean Pierre Pécau
Dessin : Igor Kordey
Couleur : Desko
Éditeur : Delcourt
Prix : 14,95 €

J’évoquais ce tome 4 lors de ma chronique de l’intégral des trois premiers tomes. J’avoue ne pas m’être précipité dessus. En fait c’est à cause de la couverture. La construction est la même qu’avant, mais je trouvais la qualité du dessin vraiment plus basse, notamment sur les visages. Et les teintes, bon sang ! Ce choix de teintes me pique les yeux.

Alors pourquoi l’ai-je lu ? En fait on a inscrit notre fils à la médiathèque de notre arrondissement et du coup j’ai jeté un œil au rayon BD par curiosité. Le livre était là alors je l’ai lu. Et j’ai bien fait.

Une fois passée la couverture, on retrouve toutes les qualités du cycle précédent. Les personnages du premier cycle sont de retour, même si on met quelques pages avant de retrouver Nodier. On découvre un peu plus d’éléments du worldbuilding, que je trouve toujours aussi cool.

Ce coup-ci, nos héros enquête donc sur le sculpteur de chaire. Nodier est persuadé qu’il s’agit du oupire (synonyme de Vampire, goule) dont il évoquait la traque durant le premier cycle. Nos vaillants gaillards rejoignent donc l’Égypte (française) pour mener l’enquête. Clairement ce livre est une introduction pour un cycle à 3 tomes, puisqu’on reste un peu sur sa faim. Niveau univers on est toujours dans une grande uchronie steampunk avec des technologies souvent très avancées. On croisera des voitures à vapeur digne de bolides de compétition, un équivalent de l’autogire, des exosquelettes et un Canal de Suez avant l’heure (en cours de construction avec près de 50 ans d’avance et Français). Cette fois-ci l’ennemi de l’Empire n’est pas l’Empire britannique, mais l’Empire russe. On retrouve toujours des dialogues bien sentis et de bonnes punchlines.

Pour l’aspect visuel, on retrouve toujours Kordey au dessin, et comme dans les tomes précédents je trouve que son dessin brut et dynamique colle bien à l’univers. Toutefois le style peut rebuter. Aux couleurs, Desko succède à Chris Chuckry. C’est toujours aussi efficace. Au point que je n’ai pas senti de changement. En fait le seul élément visuel qui ne m’a pas plu c’est la couverture, comme je le disais plus haut.

Donc si vous avez aimé le premier cycle, ce début de second cycle vous plaira surement. Sinon, je vous invite à vous essayer aux trois premiers tomes tant je trouve cet univers fort plaisant.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s