Renaissance 3 : Permafrost – Duval, Blanchard & Emem

Résumé :
« Au Texas, Swänn et Liz sont poursuivis par les braconniers Skualls, responsables de la mort de la famille Hamilton… Le temps pour Swänn de se confronter aux réalités de la guerre et des chocs émotionnels qui accompagnent l’annonce des victimes aux familles. Toutefois, alors que le Mur de Donald séparant le Texas du Mexique sur le Rio Grande est détruit pour faciliter le passage des réfugiés américains, un petit espoir permet à Liz de rester debout.
Pendant ce temps, sur Näkän et dans les assemblées du Complexe, les débats sur le financement de l’expédition Renaissance se poursuivent et, curieusement, la diplomatie Skuall, peuple qui ne participe pas à l’expédition, prend une importance inattendue…
Un dernier chapitre magistral qui vient conclure cette première trilogie ! »

Fiche technique :
Scénaristes : Fred Duval & Frédéric Blanchard
Dessin et couleurs : Emem
Éditeur : Dargaud
Pagination : 56 pages
Prix : 14,50 €

Chronique du tome 1 et du tome 2.

Ce tome 3 reprend là où nous avait laissés le précédent. Swänn aide Liz à retrouver sa famille enlevée par des Skualls. Hélène, aide Pablö et Sätie dans leur enquête sur l’origine de « la fièvre ». Enfin, les intrigues politiques au sein du Complexe (la coalition extraterrestre) se poursuivent. Le tome 2 montrait déjà que le Complexe était bien moins manichéen qu’on aurait pu le croire, ici on se rend compte qu’il a des secrets. Même si le résumé de l’éditeur parle de conclusion, ça n’est pas complètement le cas. La dernière page conclut le livre par « fin de la première époque ». Les intrigues à court terme se concluent, mais du sujet sur le long terme reste ouvert. Je pense que la deuxième époque sera aussi en trois tomes et introduira des nouveaux protagonistes humains (les races du Complexe ont une durée de vie bien plus élevée que la nôtre). En tout cas ce premier cycle nous sert une SF intelligente et accessible (ce n’est pas de la hard SF) dans un univers que j’aime beaucoup.

Visuellement, Emem est toujours au dessin et à la couleur, on reste sur du superbe tant sur les décors extraterrestres que terrestres. J’adore sa scène de paysage terrestre dévasté tant par la guerre que le changement climatique. Il sublime les designs de Fred Blanchard.

Sur le plan visuel, le travail Emem au dessin et à la couleur est toujours aussi impressionnant. C’est riche, détaillé, mais toujours lisible. On a de chouettes designs (engins, créatures…), encore quelques grandes cases nous montrant des paysages naturels ou des zones dévastées superbement rendues. Je trouve même que ce tome est un cran au-dessus pour ce qui est des lumières et ambiances.

Permafrost est donc la superbe conclusion d’un superbe premier cycle. On est clairement gâté en BD de SF depuis quelques années et c’est tant mieux. Vivement le prochain cycle.

Extraits ici.

3 commentaires sur “Renaissance 3 : Permafrost – Duval, Blanchard & Emem

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s